• Diablo 3 : Reaper of souls

    Quand un nouvel épisode d’une série  qui a donné ses lettres de noblesse à un style même de jeu sort, le joueur sera avide de l’excellence  et aura des attentes extrêmement personnelles envers les développeurs comme si ceux-ci tenaient le saint graal en leur possession.

    Diablo 3 est sorti et il a divisé les foules. Les vieux, les conservateurs l’ont trouvé trop cheap et orienté vers le MMORPG et les nouveaux ont pu se délecter de cette franchise se tournant vers le commercial. Il n’empêche que des défauts ont été montrés du doigt par les deux publics l’empêchant de se mouvoir au rang de star planétaire, même s’il s’en est vendu des wagons.

    On peut donc dire que Diablo 3 a été un échec prouvé par les développeurs eux-mêmes qui ont fait marche arrière dans de nombreux domaines. Il a donc fallu qu’il retravaille la bête pour qu’elle plaise à tous, ce qui n’est pas chose facile et l’addon Reaper of souls en a la responsabilité. 

    Mais comme cet avis est entièrement subjectif, j’imagine que chaque joueur pourrait donner une vision contraire tellement il est envisageable d’approcher Diablo sous différents angles. Du coup, cet avis n’engage que moi et je vous fais part de mon expérience de joueur.

    J’ai joué à Diablo 3 sur PC et sur PS3 plus d’une centaine d’heures sur chaque support. Les défauts que j’émettais principalement tenaient sur le lag, le loot, le DPS accès uniquement sur l’équipement avec une disparition du développement des compétences, et enfin l’orientation multijoueur du jeu avec un hotel des ventes et un jeu solo jouable uniquement sur le net. Cette orientation mmorpg s’est très rapidement fait sentir lorsque les développeurs ont reconnu que le jeu était trop court. Personnellement, finir le jeu en 15/20 heures une fois me suffisait amplement.

    Après on ne s’adresse qu’à un public qui ne vise qu’à la grobilisation  et à l’évolution de son personnage dans un système s’apparentant aux évolutions mmorpg qui tire le joueur toujours plus loin et toujours plus haut dans l’évolution de son personnage. Blizzard veut absolument que le joueur reste accroché à son jeu pour rester d’actualité et pouvoir fournir ensuite deux extensions prévues de longue date. On a ainsi pu voir apparaître un patch amenant le système paragon, une montée de level batarde parallèle à l’évolution de son personnage. On a aussi pu voir apparaître le patch 2.0 qui amène enfin un loot convenable et qui a fortement été apprécié sur console. Console qui pour moi est bien plus fun que la version PC (et je peux vous dire que je m’en mords les doigts tous les jours de vous dire cela, tellement cela me fait mal au XXX). Le jeu à quatre en coop sur le même écran et la roulade donnant un plus non négligeable.

    Mais revenons à nos moutons : Reaper of Souls arrive et se propose de révolutionner le jeu en proposant des nouveautés : en fait, passer le nouvel acte, et la nouvelle classe tout le reste est là pour pallier aux allégations négatives des joueurs. Même le système de difficulté a été revu et elle s’adaptera au niveau du joueur.

    On en oublie un point essentiel qui se retrouve d’ailleurs écrit noir sur blanc quand on choisit le mode de difficulté voulu. En fait, il faut la choisir en fonction du nombre de légendaires que possède votre personnage. Car c’est en fait votre DPS (dégâts par seconde) donc votre loot qui va définir si vous allez passer tel ou tel niveau de difficulté avec facilité ou non. Allez-y nu, comme on sut me le montrer certains joueurs, et en mode normal, cela va être difficile ou allez-y bardé d’orange (les légendaires) et vous trouverez le mode Expert facile. 

    Un autre point qui m’a fait tiquer c’est le rythme de l’action. Si vous avez un bon matos, le rythme sera effréné et facile et à l’inverse, sans DPS, le rythme va devenir trop lent, vous faisant passer la soirée sur le moindre mob. En fait, au niveau le plus élevé, il est possible de régler la difficulté selon 6 degré possible. Et bien ce système, je l’aimerai pour le mode normal. Un rythme frénétique où je risque ma vie à chaque instant. Mais cela n’est pas possible. Et ainsi cela définira ainsi la durée de votre partie qui pourra aller du simple au décuple.

    Autre point discutable que l’on pourra lui reprocher car on connaît des systèmes existants bien plus accessibles. Je veux bien entendu parler du coffre commun à tous vos personnages. Etait-il difficile de nous faire un coffre personnel par personnage et un coffre commun comme le fait si bien Torchlight 2 ? Quel intérêt de recommencer  un croisé si c’est pour se retrouver avec les millions accumulés avec nos héros précédents. On pourrait jeter tout cet or, équipement et ustensiles, mais comment ferais-je si je voulais rejouer avec mes autres héros ? Ce n’est pas grave, on va crier très fort et on l’aura dans la prochaine extension.

    Reaper of Souls offre un cinquième acte très dark et bien plus morbide que les précédents. Il m’a fallu 4 heures pour le finir. Nul doute que cet acte est bien travaillé et nous amène petit à petit vers un dénouement des plus légendaires même s’il faudra attendre la seconde extension pour vraiment juger de cette histoire solo. Car oui Diablo 3 est avant tout une aventure solitaire. A contrario d’un Dead Island qui ne perd jamais l’occasion à chaque interlude vidéo de nous présenter les quatre personnages de l’histoire jouable en quatuor coopératif, Diablo 3 s’adresse au joueur comme étant l’élu, le nephalem unique qui va mettre la fessé cul nu à la mort. Oui rien que cela. On a beau me répéter que le jeu propose du coop, c’est avant tout une aventure à vivre seule au moins une fois car comme je l’ai déjà dit, nous ne sommes pas dans World of Diablo, même si les mécaniques du jeu ont rameuté une horde de joueurs mmorpgesques en mal de nouveautés  dans les contrées diaboliques. On regrette alors cette connexion obligatoire surtout lorsque l’on joue en extrême et qu’un fâcheux lag vous plante misérablement ou encore lorsque tout d’un coup les effets lumineux, bordel visuel qui a toujours été un défaut dans les hack’n’slash ralentit votre machine et vous plante, vous laissant comme conclusion face à la croix de votre personnage. J’ai ainsi arrêté de jouer en extrême à cause de cela. Triste pour un jeu solo.

    Alors quand on se rend compte qu’il n’y a pas de jolie vidéo pour finaliser l’aventure, quand on se rend compte que le boss final n’offre absolument pas de stratégie autre que tourner autour de lui sur une plate forme limitée, alors que Diablo ou encore le boucher nous obligeaient à réfléchir un minimum, on se dit que cela manque de réflexion du côté des créateurs et que l’objectif a vraiment été de répondre à la grogne de la légion.

    Reaper of Souls vous propose un croisé, un tank, une grosse brute qui va bourrer.  Les classes de Diablo ne possèdent plus franchement de thème précis et c’est un amas visuel avant tout qui est mis en avant. Out les compétences basées sur la nature ou les sorts de Diablo 2 le père, et bienvenue dans un mic-mac ou on retrouve quelques orientations sans pour autant si retrouvé. Il aurait été préférable de sortir X classes proposant une dizaine de compétences chacune que 6 proposant plus de 200 compétences. De toute manière le résultat est le même, elles sont fonction du DPS de votre arme.

    Si visuellement votre croisé sera reconnaissable, son arme pourra tout aussi bien être une baguette à saucisse à frire qu’un tronc d’arbre à occire. Heureusement on rencontre un nouveau personnage, la mystique. On se plaignait de la gueule de nos armes, hop magie : elle peut les retransformer. On se plaignait de la mauvaise qualité des loots non adaptés à notre personnage. Hop magie, elle peut vous les changer. N’est ce pas fabuleux ? Un loot adapté n’aurait été il pas plus adéquat ?

    Enfin le mode aventure. Uniquement accessible après avoir parcouru le mode histoire au moins une fois, vous aurez la possibilité de jouer comme vous l’entendez en vous téléportant dans les lieux de votre choix sur une carte présentant tous les lieux de téléportation.  On nous propose alors  des quêtes qui nous permettent de récupérer lorsqu’elles sont réalisées par paquet de cinq un gros lot. Autant vous dire que pour quelqu’un comme moi qui a parcouru une dizaine de fois les niveaux de Diablo 3, on est dans le réchauffé plus plus, et cet artificiel obligation de faire et refaire ces niveaux pèsent lourd contre le jeu. En effet, en réalisant ces quêtes, vous allez récupérer des clés permettant enfin d’ouvrir un portail vers un niveau totalement aléatoire.  Alors pourquoi ? Pourquoi ne pas avoir tout simplement, au lieu de nous la faire à l’envers, proposé d’entrer directement dans des niveaux créés aléatoirement ? A l’instar d’un Torchlight qui ne se la pète pas sous une fioriture alambiquée pour expliquer le pourquoi du comment, Diablo 3 n’a pas fait dans la simplicité ? Et bien pour la durée de vie. Vous passerez des années à faire et refaire ces passages de l’histoire pour avoir le plaisir durant quelques minutes dans ses niveaux que l’on aimerait beaucoup plus présents et accessibles. Au moins il est possible de commencer en mode Aventure avec un personnage de niveau 1 et d’y rester. Sauf comme je vous l’ai dit, qu’il faut avoir fini au moins une fois l’histoire. Et de même en mode extrême (une vie, une mort), ce qui ne fonctionne pas lorsque vous laggez. Vous ne débloquerez jamais le mode Aventure en extrême ….

    On en arrive au prix de 40€, voire 30€ pour les plus malins, et on obtient un jeu qui répare les trois quarts de ses défauts avec un hôtel des ventes qui a enfin disparu et des loots convenables.  Un peu cher pour ma part quand on compare avec un Diablo 2 et son extension ou encore un torchlight 2 qui propose déjà les niveaux aléatoires à la base.  Mais il faut bien payer une équipe qui fait quand même un travail visuellement admirable.

     

    Maintenant que j’ai étayé ma réflexion sur le jeu , il est important de donner mon avis en tant que joueur et de ce que chacun attend du jeu :

    - Vous voulez jouer en solo pour l’histoire, attendez-vous à une très bonne partie dans un excellent jeu. 9/10 car on doit avoir une connexion permanente pour un jeu solo cela ne le fait pas.

    - Vous jouez pour la grobilisation et l’évolution de votre personnage  l’infini et vous ne découvrezpas  le jeu. C’est 9/10 sans problème, parce qu’il y a aussi pas mal de réchauffé.

    - Vous Jouez entre potes en coop. Vous allez vous éclater et si vous découvrez le jeu, c’est  10/10.

    - Quant à ceux qui jouent  en Extrême il faudra accepter cette connexion parfois laxiste sans l’erreur 37 toutefois.  Et le mode Aventure ne vous sera accessible que si la chance vous sourit (un bon loot et pas de lag, croiser les doigts).

    - Enfin les vieux comme moi qui ont reproché plein de tares comme je l’ai fait en début de cet avis et qui se poseront deux minutes pourront réfléchir à ce qu’ils attendent du jeu. Car comme je l’avais dit dans le test de Diablo 3, on a bien la Ferrari, mais le moteur possède des défauts qui même avec moult réparations ne changeront rien aux problèmes. Il faudrait changer le morteur et là ce serait refaire un nouveau Diablo. Sachant qu’après avoir fait l’histoire et que seul le mode Aventure ne m’intéresse en solo qu’en extrême, je me vois contraint de mettre un carton rouge à ce mode bloqué, alors que je ne suis pas responsable du lag sur ma ligne.  Une aventure qui m’a quand même tenu des heures et des heures, qui n’est surement pas à jeter et qui me permettra au moins de m’éclater durant des heures avec des potes sans franchement de but existentiel, même si j’ai perdu mes compétences pour du DPS de loot et cela n’est pas pour me plaire. Un jeu le cul entre deux choses et s’orientant vers des mécanismes de mmorpg.  Non cela n’est pas pour me plaire. Et l’annonce d’un PVE ou niveau aléatoire compétitif ne va absolument pas dans le sens du retour au source…


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :