• Torchlight 2 - Preview

    Articlue publié sur RPGFrance le 14.005.2012

     

     

    Alors que Diablo, troisième du nom, fait sa grande sortie après 10 ans d'absence, un petit outsider a su se faire remarquer durant son sommeil : Torchlight. Forcément, lorsque l'on sait que les frères Schaefer de l'équipe Runic Games ont travaillé sur Diablo 2, il était évident que nous allions retrouver dans Torchlight beaucoup de fun. Vendu à plus d'un million d'exemplaires, il manquait surtout un mode multijoueur. C'est chose réparée, vu que le second opus l'intégrera. Pas inquiété de le sortir quelques semaines après le vampirique Diablo 3, et considérant que Torchlight 2 est suffisamment différent pour se démarquer, ils veulent croire en leur production. Avec Batman, nous avons eu l'occasion de tester la bêta, voici donc une preview, suivie d'une vidéo pour mieux faire connaissance. 

     

    Tout d'abord, sachez que si vous avez joué au premier Torchlight, vous ne serez pas dépaysé. On retrouve essentiellement tout ce qui a fait le succès de ce hack'n slash, même s'il y a eu beaucoup de remaniement. On regrettera juste que les graphismes n'aient pas plus évolué. C'est joli, mais si on zoome, cela reste encore carré. Le graphisme cartoon est un mixe entre World of Warcraftet Reckoning

    La création de personnage se résume à choisir entre quatre profils totalement différents du premier (même si les archétypes héroic fantasy restent présents) pour lesquels vous choisirez la couleur de peau, la tête et la coiffure. Assez de modèles pour vous distinguer les uns des autres dans une partie multijoueur. Enfin, on vous propose pas moins de huit choix possibles, parmi les compagnons : chat, chien, faucon, panthère, bulldog...

    Après un passage axé couloir qui fait office de tutoriel, Vous arrivez dans une map de ville. Vous y trouverez un marchand, un portail de téléportation et un PNJ avec votre première quête. On se retrouve en terrain familier. En plus, on sent que cela bouge bien et c'est nerveux. Tout comme les combats qui giclent dans tous les sens. 

     

       

     

    Un Torchlight 1.5 ? Non, non, un 2.0. 

     

    Dans les petites nouveautés, on remarquera que nous ne sommes pas face à un seul donjon, mais plutôt à une carte sur laquelle on se promène et à partir de laquelle on va pénétrer dans les différents donjons. Cela rend le jeu plus ouvert et évite la linéarité. Cela n'empêchera pas la répétition des lieux, mais je ne l'ai pas ressenti pendant mes heures de jeux. On trouvera des objets comme les colliers spécialement réservés à votre compagnon, des coins de pêches limités à un certain nombre de prises ou encore de la dynamite (pour la pêche, rien de tel), des objets accessibles si vous répondez à l'une des deux limitations proposées. Ainsi ce bel arc qui traîne dans mon inventaire, me demande d'être niveau 5 ou de posséder 20 en dextérité.  On trouvera aussi des objets qui demandent eux-mêmes que nous réalisions des quêtes pour débloquer leur capacité. Les potions tout comme les parchemins de téléportation et d'identification s'empilent sur une même case sans que l'on ait besoin de s'en occuper dans notre inventaire. Simplification d'utilisation alors que la richesse des objets ne fait que grandir. 

    A l'instar de Diablo 3, mais plus simplement, chaque profession, a une jauge qui se charge automatiquement et qui se déclenche dès qu'elle est pleine, révélant la puissance de votre personnage. Rajoutons aussi que les quatre profils révèlent trois arbres de compétences et les possibilités ont été multipliées depuis le premier épisode, que votre compagnon continuera toujours à vendre vos trouvailles au village, mais pourra aussi vous ramener des commissions simples telles que les potions de soin ou de mana et les parchemins d'identification et de téléportation. Il suffira juste d'indiquer combien vous en voulez dans un menu rattaché à votre animal. Enfin la durée de vie du jeu a été multipliée par quatre d'après les développeurs.  

    La difficulté, comme le premier épisode, est très basse sauf si vous optez pour le niveau le plus élevé, le "élite". On appréciera la présence du mode hardcore qui, si vous mourrez, vous oblige à recommencer un nouveau personnage. 

     

       

     

    A plusieurs, le diable au corps.

     

    Et si l'on s'intéressait à la partie multijoueur du jeu, parce qu'après tout, c'est là la grosse nouveauté de Torchlight 2. Tout d'abord, sur cette bêta, seul le mode Internet était débloqué, alors qu'il existe aussi la possibilité de jouer en solo ou en LAN avec des amis. Sachez qu'à tout moment un joueur solo pourra rejoindre une partie multi et vice-versa quel que soit le niveau de difficulté des uns et des autres, sauf les joueurs en mode hardcore qui restent ensemble. Ensuite, il est possible de jouer jusqu'à 6 joueurs. En arrivant dans l'interface Internet, on choisit de rejoindre ou de créer une partie. On peut régler le niveau des joueurs et avoir des informations sur la présence ou non de ses amis à partir du cadre à gauche. A droite, la liste de toutes les parties en cours avec le niveau des joueurs. Il suffit alors d'un clic et on rejoint la partie. C'est léger et rapide et en moins de trois minutes, j'ai rejoint mon acolyte Batman dans une partie "enbatmanée".

    On arrive dans une ville de départ, et on peut cliquer sur la porte de téléportation. Dans le menu, soit on rejoint un portail sur la map, soit on peut cliquer sur le portrait d'un joueur et se retrouver à ses côtés. On peut aussi se promener dans l'univers et rester dans son coin. A noter que je n'ai pas pu le rejoindre à un moment donné, durant lequel il affrontait un boss. Ensemble, côte à côte nous avons affronté les ennemis et partagé les points d'expérience. Par contre, les loots sont individuels, cela évite de se faire voler son butin.

     

        

     

    Sur le côté gauche de l'écran (voir screenshot juste au dessus), on peut voir les portraits des joueurs présents dans la partie avec leur niveau, leurs points de vie et leur mana et en cliquant dessus, il est possible de discuter en privé, avoir des infos sur eux, les exclure ou encore les intégrer à votre liste d'amis. Le plus important étant bien sur l'icône d'échanges qui n'est accessible que si les joueurs sont proches l'un de l'autre. Dès que vous cliquez dessus, la personne avec qui vous souhaitez trader reçoit une invitation et elle a vingt secondes pour accepter, sinon vous vous passerez de cet échange. A partir de là, arrive un écran d'échange entre joueurs. Il n'y a malheureusement pas d'autres possibilités d'échange, car les coffres en ville ne sont communs qu'à vos personnages personnels.

    En tout cas, il est important si vous jouez ensemble d'avoir le même niveau. Lorsque nous avons abordé un boss ensemble au niveau vétéran, Batman au niveau 16 et moi au niveau 7, nous n'avons jamais réussi à l'éliminer et je suis mort une dizaine de fois. Un conseil, si vous souhaitez un niveau de difficulté ultra costaud, jouez ainsi. J'ai donc décidé de changer de personnage et je l'ai rejoint avec un personnage de même niveau. L'affaire a été dans le sac, mais il a fallu s'organiser car le boss invoquait des créatures, en même temps que des vagues d'ennemis arrivaient. Ce n'est pas moins d'une trentaine de bestioles qui nous poursuivaient et il a fallu établir une tactique pour en venir à bout. Lorsque l'on disait dans le temps que Torchlight était bordélique au niveau des effets, sachez que ce sera pire à deux ou plus. 

    Par contre, ce n'est que du bonheur. On s'est éclaté et on y reviendra sûrement. La partie a été efficace et jouissive sans lag, sans prise de tête. Par contre une question subsiste sur le jeu en ligne : sachant que Torchlight 2 sera entièrement moddable, qu'en sera-t-il de la triche et il y aura-t-il des serveurs privés chez Runic Games pour éviter la triche ? Mais est ce ce que recherchera le joueur, qui pourra monter son personnage jusqu'au niveau 100. Nous en saurons sûrement plus prochainement.

     

       

     

     Maintenant vient la fatidique question de la comparaison avec Diablo 3, et ma réponse sera tout à fait appropriée : jouez comme vous aimez. Les deux jeux, hack'n slash de renom, offrent donc une jouabilité différente. Si Diablo 3, même s'il possède une histoire solo, est axé sur la compétition et le sérieux de la production avec une prise en main et un accompagnement made in BlizzardTorchlight 2 fait un retour aux sources, et propose de jouer entre amis pour se défouler, avec en bonus la possibilité de se passer d'Internet, de DRM et de pouvoir créer des niveaux ou des mods. Pour aller plus loin, s'éloignant de son prédécésseur,  Diablo 3, avec sa connexion Internet, son hôtel de vente prend la direction d'un Guild Wars alors que Torchlight 2 pourrait être le fils caché d'un Diablo 2, en négligeant les graphismes et la narration. Un croisement des deux, c'est possible ?

     

    Pour ma part, pari réussi pour Torchlight 2 avec son inclusion du multijoueur. J'attendrai donc la sortie avec impatience, bien plus que Diablo 3 en tout cas. Le jeu est fun, nerveux et jouissif et c'est un réel plaisir de pouvoir partager ses parties avec un ou plusieurs gobelins. A ce prix là, on ne pourra pas reprocher au jeu son contenu. Et si vous vous posez d'autres questions, je vous renvoie à sa FAQ consultable directement sur le forum officiel. Et si une question vous vient, en la posant à la suite de celle-ci, vous aurez peut-être la joie de voir répondre les développeurs eux-mêmes. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :