• Quest of Dungeons

    Article publié sur RPGFrance le 02.05.2014

     

     

    Que vois-je à l'horizon ? Le Q de Robin.. euh non je vois le Q de Quest of Dungeon. Avec un grand ou un petit Q ? Hé bien, cela dépend de l'angle d'approche en fait. Pour les joueurs qui ont pu être alléchés par le produit sur Greenlight et qui l'ont supporté jusqu'à sa publication, c'est un grand Q. Pour les autres, qui ne connaissent rien de ce jeu et qui découvrent ce test, cela restera le petit Q de la question : Que vaut-il ? Car en effet avec le nombre de roguelikes sortis ces derniers mois, il n'est pas du tout évident qu'il trouve sa place pour poser son Q au soleil. Explications.  

    Un maître des ténèbres a kidnappé la lumière dans sa lanterne de poche et l'a embarqué dans son donjon souterrain, laissant le monde dans l'obscurité. Votre objectif est de lui botter le Q sept étages plus bas.  Pour ce faire, quatre héros se sont décidés à lui mettre la fessée et récupérer la lumière. Sauf qu'à la dernière minute, il n'y aura qu'un volontaire parmi eux, pour une aventure uniquement solo. Votre choix se portera donc sur le guerrier, le shaman, l'assassin ou encore le sorcier, avec à la clé une manière différente d'appréhender le jeu, selon que votre personnage est un attaquant au corps-à-corps ou à distance. 

     

       

    Choix de personnage et Introduction

     

    S'il fait noir, ouvrez les yeux !

     

    Quest of dungeons vous propose de partir à l’aventure au tour par tour dans un donjon avec créations procédurales, c'est à dire des niveaux et des objets aléatoires à chaque partie.  Et un roguelike de plus, devrais-je dire, car ils sont nombreux sur le devant de la scène. Malheureusement pour lui, il n’est pas d'une originalité des plus pertinentes et le terrain commence a être bien occupé, voire même saturé au niveau des roguelikes heroic fantasy. Proposer udungeon-crawler payant, c’est forcément devoir proposer une qualité au dessus du lot des gratuits qui inondent le marché. 

    Quest of dungeons, déjà paru sur Iphone, fait son come-back sur PC. Il est clair qu’il n’offre pas forcément de sang neuf et manque tout à fait de personnalité ; passé l'introduction prêtant à rire, on peut penser que nous allons avoir affaire à une histoire légère et amusante, mais cela tombe illico à plat dès que nous sommes dans l'aventure. On est en terrain connu, et cela manque cruellement de fraîcheur et de contenu si on le compare avec Dungeons of Dredmor pour le même prix aujourd'hui. 

    Pas la peine d'espérer augmenter votre arbre de compétences avec l'expérience, car il n'y en a pas. Le développeur, pour la version PC, aurait pu se bouger le Q me direz-vous. Auquel argument je ne pourrai qu'acquiescer. ​Le choix de la classe vous permettra de posséder une seule et unique compétence de départ, et c’est en parcourant les lieux que vous trouverez des bouquins vous permettant d’apprendre d’autres skills. Vous n'aurez pas le choix du développement de votre personnage imposé par la partie.

    Clic gauche pour avancer, clic droit pour utiliser vos skills, cela fait un peu léger sachant qu’en plus cette dernière doit se recharger pour être ré-utilisée. Heureusement, au fur et à mesure de votre descente, vous serez en mesure de slalomer entre vos différentes compétences trouvées, qui possèdent toutes un temps de recharge plutôt longuet. Je ne parlerai pas non plus des caractéristiques de votre héros qui évoluent automatiquement à chaque passage de level. A défaut de faire évoluer vos caractéristiques, vous aurez le loisir de faire varier votre équipement : armure, casque, gant, arme, bouclier, amulette. 

     

       

    Inventaire, compétences et quêtes FedEx

     

    A l’instar des roguelikes indépendants, il n’y a pas beaucoup de réglages graphiques, ni davantage dans le jeu à part les trois niveaux de difficultés possibles. Bien sur, le permadeath est la règle d’or (si on meurt, on doit recommencer), mais je vous conseille de jouer d'emblée en mode difficile sous peine de ne trouver aucune difficulté, surtout avec un assassin qui zigouille tout à distance sans que l'IA, totalement aveugle, ne se bouge. 

    Les loots sont plutôt nombreux avec armes normales ou, avec un peu de Q, magiques, mais l'économie n'est absolument pas équilibrée. En effet, la moindre arme vaut 1000 po à la revente, alors que les pierres précieuses valent dix fois moins maximum. On ne ramassera donc que l'équipement qui vaut la peau du Q - en mode automatique si on le coche dans les options - et on laissera le reste. Mais, si vous êtes grippe-sous ou brocanteur, avec un inventaire composé de 35 cases, cela pourra paraître léger. Heureusement, à chaque étage on rencontre un vendeur prêt à commercer. Cela vous obligera alors à des aller-retours, mais au moins vous finirez riche.  

    Il est dommage qu’il n’y ait pas plus de touches de raccourci, car on slalomera souvent entre la carte du niveau, l’inventaire et le livre de compétences. On a bien des touches reconfigurables pour le déplacement ou les actions principales, mais pas pour les compétences. La vente et l'achat auprès des commerçants en mériteraient aussi, pour gagner en simplification. 

     

       

    Map et ennemis. 

     

    Dans Quest of Dungeons, Il y a ...

     

    Pour se démarquer un peu, dans Quest of Dungeons, il y a justement le Q de Quest. Il propose de remplir des quêtes que l’on trouvera ici et là sur des stèles. Il est clair qu'on ne se tapera pas le Q par terre avec, car elles se résument à du FedEx avec comme priorité l'affrontement de miniboss - qui restent des moments tendus et intéressants grâce aux richesses qu’ils lâchent lors de leur râle d’agonie - ou encore la recherche d'objets. Pas de quoi pavoiser, et elles ne servent que d'excuse à l'exploration des levels plutôt bien faits avec plein de Q de sac, même si au bout d'une heure, on reconnaît les tilesets des lieux visités, avec des textures différentes selon le niveau. 

    On trouve aussi des portails de téléportation et des pièges qui  s’activent lors de votre passage sur certaines cases ou qui sont désactivés automatiquement par je ne sais quel miracle (oui, pas de notice pour comprendre comment). On peut aussi casser / fouiller tous les contenants que l’on trouve, ce qui donne une interactivité plutôt prononcée avec les lieux que l’on visite.

    Et parlons-en des graphismes 16 bits de la bête. Ils utilisent le Fantasy sprite Set du site d'Oryx que l'on retrouve d'ailleurs chez Famaze (merci Skoeldpadda) ou encore dans Return à Tolagal  (mais pas dans l'épisode Escape from Tolagal) deux roguelike gratuits d'un même auteur, mais beaucoup moins développés côté RPG.

    Forcément, si les graphismes ne sont pas à tomber sur le Q, ils sont assez sympathiques, mais sans animations (quelques sautillements ici et là) la lisibilité du jeu reste agréable. Votre personnage, tileset pixellisé avec un certain charme, ne changera pas de forme selon son équipement, mais est suffisamment concis pour être reconnaissable comme toutes les petites bêtes que vous croiserez. Du coup, on ne s'en plaindra pas, contrairement à de très nombreux roguelikes qui vous proposent toujours des graphismes en ASCII, et qui n'attirent alors que les spécialistes à yeux plissés. Pas d'effet lumineux, DoQ propose un brouillard de guerre (n'est affiché que ce que l'on voit) qui met dans l'ambiance et qui oblige, surtout au début de l'aventure, à faire preuve de prudence. 

    En fin de compte, DoQ ne se distingue pas des autres roguelikes par un univers différents et / ou des mécanismes originaux. Il fait bien son job et il ne faut pas en attendre plus. On s’y amusera deux heures, le temps de la découverte, de mater le maître  tes ténèbres avec 200 000 po, et de s'apercevoir que l'on nous propose après victoire de recommencer une partie. Non, pas de game+, j'en reste sur le Q. On pourra toutefois retenter le jeu avec une autre classe, dans une difficulté plus élevée et aller comparer son score au classement international proposé avec la communauté. 

    On finit, par le son : Pas de dialogue audio dans cette petite production et j'ai trouvé la musique très moyenne, au point de passer Q par-dessus tête. Quant aux bruitages, ils se limitent à quelques cris. Dans tous les cas, on ne peut pas lui en tenir rigueur, c'est de l'indé. 

     

    Avec un prix modique, ce jeu me fait penser à Dungeons of Dredmor… Ils pourraient être comme Q et chemise, même si le premier est beaucoup plus light et moins ambitieux que le second. Oh, Quest of Dungeons n'est pas désagréable au toucher, mais n’offre pas un challenge des plus relevés avec une jouabilité plutôt primaire vous permettant de vous occuper quelques heures.

    Par contre, on peut le proposer à un néophyte pour découvrir le genre "roguelike". Je le conseille aussi sur Iphone (monter la note de 3) où il aura plus de chance de se sentir à l'aise, la concurrence étant moins grande sur ce support. Ce jeu aura au moins eu l'avantage de me faire réviser toutes mes expressions à base de postérieur à défaut de back stab. 

     

    + On s'y amuse...

    + Propre graphiquement

    + De bons gros niveaux aléatoires

    + Casual comme il faut

     

    - ... Deux heures tout au plus

    - Manque de contenu

    - Mauvais équilibre économique

    - Trop simple pour les amateurs de roguelikes


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :