• Arcania : Gothic 4 (PS3)

    Article écrit sur RPGFrance le 17.11.2013

    Avec le rachat des licences par Nordic Games, voici le douloureux et malheureux Arcania de retour, en mai 2013, avec une version Console qui comprenait le jeu de base et son extension "je me fous de votre gueule" sur une unique galette. Alors oui, les fans de la série Gothic grognent encore et c'est peut-être pour cela que le mot Gothic a disparu de cette version. Allez, faites pas la gueule ! C'est l'occasion de faire la paix une bonne fois pour toute et de saluer cet Arcania qui sera sûrement l'unique et dernier opus de sa propre saga. Pour la première fois, Arcania sort sur la console de Sony, deux ans et demi après les versions PC et Xbox 360. Pourquoi tant de retard ? Peut-être des éléments de réponses dans ce test...
     

     

    Pour résumer l'histoire d'Arcania, le héros sans nom part se venger de l'assassinat de sa future promise et, mais cela est accessoire, sauver le monde. Je n'en dirais pas plus, car on ne va pas répéter ce que l'on vous a déjà expliqué dans les deux tests qui sont ici et  sur les versions PC. Je ne vais pas vous redire que la VF avec sa voix de sorcière surjouée vous renverra dans les jupons de votre mère, tellement elle est horrible. Je ne vais pas vous crever le coeur, en vous indiquant non sans rancoeur que la partie RPG que l'on avait dans Gothic, son père spirituel, a été émasculée dans ce jeu,  sic (!). Non, je ne vais rien ajouter. 
     

    Une nouvelle croisière ?

     
    Et puis d'ailleurs, on va faire abstraction de Gothic, sachant qu'il a été purement et simplement effacé de tout Arcania pour, quelque part, faire peau neuve. Il semble que le distributeur ait bien retenu la leçon. Ha non, j'ai faux ! Il en reste encore un présent : c'est pour le quatrième niveau de difficulté le plus élevé : le gothic. D'ailleurs, je vous conseille de jouer dans ce mode pour véritablement avoir du challenge, sous peine de jouer dans "la croisière s'amuse." Oui et puis on retrouve les personnages de la saga, mais faisons comme si de rien n'était. Non, je n'ai rien dit. 
    Qu'en est-il du portage ? Après une installation fastidieuse sur le disque dur, on peut enfin commencer l'aventure. Je suis surpris de voir apparaître l'accès direct à l'extension Fall of Setarrif alias le souffle du démon en VF, alors que logiquement, elle fait suite à Arcania. Mais pourquoi pas, après tout, la version PC est ainsi. On peut tout de même poursuivre l'aventure avec son personnage dès que l'on a fini la quête principale : A gothic tale
     
       
    Un héros sans nom qui a bien régressé.
     

    Portage raté ! 

     
    Si la vidéo d'introduction laisse présager du bon, dès le début de l'histoire, on a un pas de recul. Sur PS3, c'est vraiment moche vu de près. En clair, il y a des retards d'affichage au niveau des textures qui s'appliquent par couches successivement. On les voit très bien lors des dialogues, car à chaque fois qu'un interlocuteur parle, la caméra se recentre sur lui et il y a un chargement de textures. Souvent, avec des phrases courtes, la consolen'a même pas le temps de charger les textures que l'on passe au plan suivant. La technique est à la ramasse et le portage est foiréCela est sûrement dû à un manque de ressources système (?).
     
    Alors après que la PS3 s'est mise au boulot, on peut dire que c'est nettement mieux, même si la mer au loin est d'un bleu chimique, que les visages souvent redondants dans l'aventure sont moches, que les ombres sur les figures abusent de formes géométriques, que le clipping persiste par moment, que certaines créatures disparaissent de l'écran pour réapparaître ailleurs, que des bugs diverses et d'affichage persistent et que les temps d'accès sont constants, grattant continuellement sur le disque dur. Cela va chauffer dans les chaumières !
    Heureusement, on a un peu moins cet effet de chargement continuel en extérieur, ou lorsque le paysage est moins chargé et on se laisse enfin emporter par le jeu dont la fluidité est rarement à mettre en cause (seulement à un ou deux moments du jeu et sous temps pluvieux parfois). 
     
    Comment ce jeu a pu passer le test qualité de Sony, avec tous ses défauts ? Quand on voit en plus des raccords manquants, et des textures absentes par moment (rarement mais parfois), on se dit que ce n'est pas possible qu'il soit parti à la duplication. Alors pour la Xbox360, je ne sais pas ce que cela donne, mais pour la PS3, c'est vraiment une honte !    
     
       
    Au menu, bugs, apparition de textures progressives et clipping.

     

    Jouabilité réussie !

     
    En fait, en étant aveugle, on pourrait croire que ce jeu a été fait pour les consoles, car il tourne très bien, manette à la main. L'action vive, plus encore que ***** (le jeu dont je tairais le nom et dont on oublie l'existence pour ne pas fausser l'appréciation finale), classe Arcania dans les jeux d'action-RPG avec éléments de RPG light. Tout comme la version PC, on peut cuisiner à n'importe quel moment à condition que l'on ait les bons ingrédients et la recette correspondante, et si ça et là, on retrouve marmites, feux de camp et lits, ils ne servent plus à rien. C'est pas comme dans *****, ouf, je l'ai pas dit !
     
    Maniabilité parfaite : Carré pour attaquer, croix pour interagir, rond pour sauter, triangle pour esquiver. Le bouton start vous permettra d'accéder au menu inventaire, carte, quêtes et enfin compétences et sorts, alors que les touches directionnelles gauches seront des raccourcis pour accéder à vos potions ou autres. Le stick gauche permet le déplacement, alors que le droit permet l'orientation de la caméra. Rien à redire cela tourne du tonnerre. On appréciera l'inventaire sous forme de listes qui reste tout à fait utilisable. 
     
    Pendant environ 25 heures, je me suis bien amusé et je conseillerai ce jeu aux débutants : moins ambitieux et moins simulationniste que ****** (ma langue me picote vous dis-je, difficile de la tenir), il offre une aventure amicale et simple mais dirigiste, vous faisant passer de lieux en lieux divers et variés, au fur et à mesure du développement de la quête principale. Il m'a fait penser à Amalur The Reckoning tout en étant moins riche. Il sera toutefois possible de recommencer la même aventure en développant son personnage de manière différente (soit corps à corps, soit arme à distance, soit magie). 
     
    Mais cette version console n'a rien changé à la donne et l'histoire, les compétences ou encore les quêtes sont les mêmes. Pas plus de changement dans les compétences qui auraient pu être améliorées ou augmentées sachant qu'à partir du niveau 20, on se marche un peu sur les pieds, ne sachant plus où mettre nos points. 
     
    On trouvera tout juste sur la galette, des extras qui sont des artworks qui se débloquent au fur et à mesure de votre progression. Du coup, rien de neuf à ajouter, car aucune amélioration n'a été faite sur tous les défauts qu'on a pu lui reprocher. Non c'est juste un portage, qui nous permet de conclure que soit la PS3 manque de puissance, soit il a été fait avec les pieds. A vous de choisir. 
     Captures d'écran version PC
     
    Si on fait fi de son origine "Gothicéenne", Arcania sur console, comprenant le jeu de base et son extension Fall of Setarrif serait un hit, si techniquement, il n'était pas à la ramasse.  Portage raté visuellement sur PS3, il vaut mieux se tourner vers la version PC, bien plus belle et bien moins chère. Un jeu pour joueur casual qui ne présente que peu d'élément RPG et s'oriente vers le jeu d'aventure et qui vous tiendra en haleine pendant 25/30 heures. Pas désagréable, encore faut-il aimer l'action et surtout une fin un peu trop beat'them all à mon goût  !
    Quant à ceux qui n'ont toujours pas digéré sa trahison (Gothic 4 quoi !), vous aurez toutes les raisons pour recracher dans la soupe. Et vous n'aurez pas tout à fait tort !
     
    + Pas très cher sur PS3.
    + Jeu de base plus extension en font un jeu complet.
    + Casual plutôt sympathique.
     
    - Un portage à la ramasse
    - Les mêmes défauts que la version PC
    - Court par rapport à un ****** (non, je ne l'ai pas dit !) 25/30 heures.
    - Temps de chargement omniprésent
     
     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :